Et de quatre missions en 2012: février, juin, septembre et novembre

2012 garde le rythme avec quatre missions réalisées en février, juin, septembre et novembre.

La quatrième s’est déroulée, en partenariat Handicap Santé- Association Humanitaria de solidaritat.

Ces missions auront pris en charge 250 nouveaux patients à la fin de l’année, en orthopédie et en plastie.

Si les séquelles de poliomyiélite sont toujours présentes, les accidents de la route laissent nombre de personnes en situation de handicap sévère nécessitant des opérations lourdes tant par la complexité que par la durée.

Les interventions de chirugie plastique et reconstructrice ont permis de redonner un vrai sourire à des patients souffrant de fentes labiales (enfants et adultes).  Le traitement des séquelles de brûlures, avec souvent le recours à des greffes de peau, redonne la liberté de mouvement à des patients qui avaient perdu l’usage de leurs doigts, de leurs mains voire d’un bras, immobilisés par des brides lors de la cicatrisation.

 

 

Rencontre des intervenants de Handicap Santé

Un moment de travail pour préparer les missions futures et de détente en septembre 2012

Après la réunion du Bureau de Handicap santé qui s’est déroulé en présence des partenaires espagnol de AHS et de l’association Poitiers-Moundou, les intervenants des missions chirurgicales se sont retrouvés pour des échanges fructueux remplis d’amitié et de partage.

Nous étions quelques uns au début. Et maintenant ?

Mai 2012- C’est une soixantaine de « soignants », médecins, chirurgiens, infirmières, kinésithérapeutes, éducateurs,  qui sont venus renforcer la liste des participants aux missions chirurgicales, 2 puis 3 par an, et 4 qui sont prévues pour cette année 2012.

D’autres généreux bénévoles d’horizons professionnels variés, communication, finance, environnement et haute technologie, professionnels ayant travaillé parfois dans des contextes internationaux, apportent aussi à notre association leur précieuses compétences.

Le Père Michel nous fait confiance pour continuer. Et, après 23 années de participation aux missions chirurgicales,  je commence ma nouvelle fonction de Présidente avec une véritable équipe qu’il faut maintenant coordonner, -je ne dirais pas animer car chacun d’entre nous y apporte sa forte conviction !-.

Où en sommes-nous aujourd’hui de nos combats pour les Handicapés ?

Alors que l’OMS, Organisation mondiale de la santé des Nations unies, promettait la disparition de la polio il y a plus de 10 ans, on peut lire dans son bulletin de février 2012 que :

« Les cas de poliomyélite ont diminué de plus de 99% depuis 1988. En 2012, il ne restait plus au monde que trois pays d’endémie, alors qu’ils étaient plus de 125 en 1988. Les pays d’endémie restants sont l’Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan ».

Mais il existe des poches persistantes de transmission de la poliomyélite et l’OMS précise : « Trois pays, l’Angola, la République démocratique du Congo et le Tchad, sont classés comme ayant une «transmission rétablie», car on y a observé une transmission continuelle depuis plus de 12 mois. Ces pays sont considérés avec le même niveau de priorité que les pays d’endémie. »

« Tant qu’il restera un seul enfant infecté par la poliomyélite, les enfants de tous les pays risqueront de contracter la maladie. »
Depuis toutes ces années, le nombre d’handicapés par la poliomyélite que nous opérons, diminue, mais il y en a toujours et Handicap Santé continue de réparer les dégâts causés par la maladie. Les campagnes de vaccination sont bien sûr essentielles pour éradiquer la maladie  et pendant notre mission de février, le centre MNDP a accueilli l’actrice Mia Farrow, Ambassadrice de l’UNICEF, qui lançait la campagne de vaccination au Tchad.

 Au fil des missions, d’autres défis se sont présentés aux équipes chirurgicales ces dernières années. Les accidentés de la route avec leurs fractures, les infections, sont de plus en plus nombreux, dans un pays où les soins primaires sont encore tellement incertains. Le Tchad ne connaît pas la prévention routière et trop peu les casques de moto. Les lourdes séquelles de brûlures sont fréquentes.

La rumeur que des chirurgiens plasticiens participaient à nos missions, nous a fait découvrir des pathologies inconnues de nous: Noma, ulcère de Buruli …la misère et la maladie prennent des noms nouveaux et nous nous efforçons de soulager par tous nos moyens ces malades qui viennent vers nous avec tant d’espoirs.

Alors ?

Notre combat contre le handicap se poursuit, et une nouvelle équipe va partir en octobre rejoindre la dynamique équipe de la Maison Notre Dame de Paix.

Dr Chantal Lory-Charrier

Présidente

 

60ème mission de Handicap Santé

Il y a 33 ans, la Maison Notre-Dame de la Paix a commencé à répondre aux attentes de tant dʼenfants touchés par les séquelles de la polio, puis de tant dʼautres pour dʼautres causes de handicaps. Elle a dû aussi répondre aux espoirs de renouveau de bon nombre dʼadultes.

Depuis 27 ans, Handicap Santé est venu prendre la gestion de ce service chirurgical exigeant mais réalisant des transformations étonnantes et apportant aux intervenants la possibilité de partager leur amitié et leur confiance avec notre personnel spécialisé tchadien et avec les personnes bénéficiaires de leurs compétences.

En Février avait lieu la 60ème mission chirurgicale, orthopédique et plastique. Ceci nous montre combien la durée, la persévérance dans le temps, sont indispensables pour assurer un service sérieux dans un progrès constant, apte à répondre à lʼévolution des causes dhandicaps, des modes de vie, pour assurer un développement réel malgré tant dʼobstacles.

La persévérance dans lʼamitié et dans la foi en lʼautre, sachant recevoir et donner réciproquement sont, pour moi, la clé de la réussite de ce service unique au Tchad et celle dʼun avenir assuré et désiré.

Depuis plusieurs mois, jʼai laissé la charge de la direction de la Maison Notre-Dame de la Paix, non par lassitude, loin de là, mais par nécessité dʼassurer lʼavenir avec des forces plus neuves.

Dans la même perspective de durée, nous avons mis lʼaccent sur la formation de techniciens et paramédicaux tchadiens aptes à assurer les services propres à la réhabilitation fonctionnelle et aux soins post-opératoires.

En décembre 2011, lʼAssemblée générale de Handicap Santé a élu un nouveau Conseil dʼadministration de 14 membres. Répondant à mon souhait de quitter ma fonction opérationnelle en qualité de Président, le nouveau Conseil dʼadministration a donc élu un nouveau Président.

Handicap Santé est maintenant dirigée par le Dr Chantal Lory-Charrier dans la collaboration étroite des membres expérimentés du Bureau et de ceux et celles du Conseil dʼadministration, médicaux et non médicaux, tous motivés par lʼimmense besoin de soins et dʼinterventions.

Chantal nʼest pas une nouvelle arrivante, loin de là, médecin anesthésiste, elle intervient auprès des handicapés du Tchad depuis 1989. Elle a effectué de nombreuses missions, plus de 15, cʼest-à-dire quʼelle connait bien les besoins des handicapés et lʼhistoire de MNDP. Chantal et Bertrand Charrier ont également assuré le Secrétariat d’Handicap Santé pendant de nombreuses années.

Je lui souhaite bonne chance dans ces nouvelles responsabilités, elle sait que je serai toujours à ses côtés en cas de difficultés.

Ce sont donc des équipes structurées et complémentaires, en collaboration étroite avec les intervenants espagnols de Action Humanitaire de Solidarité, qui se voient ainsi fortifiées afin de poursuivre encore longtemps la belle aventure entreprise avec succès depuis plusieurs décennies grâce au soutien humain, professionnel et financier de vous tous qui en avez déjà mesuré les résultats bienfaisants.

Merci d’accueillir ces changements comme une œuvre porteuse de vie assumée et de paix partagée.

Frère Michel Guimbaud

 

 

Chirurgie plastique et reconstructrice

Les premières missions chirurgicales pour le centre des personnes handicapées étaient naturellement réalisées par des chirurgiens orthopédistes : c’étaient les opérateurs les plus compétents pour réparer l’appareil locomoteur des personnes handicapées par la poliomyélite ou les malformations congénitales.

Mais une partie des patients présentaient des séquelles de brûlures particulièrement handicapantes : en effet, en saison froide, par manque d’autres moyens, il est nécessaire d’améliorer la température en mettant un brasero au milieu de la case souvent exigüe. La nuit les tout-petits dorment serrés contre leur mère  et dans le sommeil il arrive parfois que les bébés roulent proche du brasero et se brûlent les extrémités. Comme il n’existe aucune prévention des rétractions cicatricielles, nous sommes amenés à voir quelques années plus tard des enfants avec des déformations majeures des membres très gênantes sur le plan fonctionnel.

Le traitement de ces cicatrices de brûlures est particulièrement difficile et nécessite des techniques complexes de greffe cutanée et de lambeau musculo-cutané particulièrement bien maîtrisées par les chirurgiens plasticiens.

C’est ce qui nous a conduit à demander à des chirurgiens plasticiens de se joindre à nos missions.

Il se trouve que ces chirurgiens traitent des malformations congénitales comme les fentes labiales communément appelées « bec de lièvre ».

Le « bec de lièvre » est une malformation bénigne dans nos pays, où les enfants sont opérés avant l’âge de 2 mois, ce qui fait que l’on n’en voit plus… Au Tchad, personne ou presque ne les opère, et ces enfants se retrouvent à l’âge adulte avec des visages altérés. Ce handicap n’exclue en rien la personne de l’entourage, puisque bon nombre qu’ils soient femme ou homme sont mariés et ont des enfants. 

Les opérer présente un  intérêt esthétique fort appréciable et une reconnaissance exprimée spontanément par les bénéficiaires er leurs familles.

Dr Patrice Bouygues

 

Hommage à Soeur Marie-Ange

Sœur Marie-Ange, co-fondatrice du centre des Handicapés au Tchad, a quitté ce monde le 23 mars 2012. Elle entrait dans sa 75ème année.

Sœur Marie-Ange a été avec le Père Michel, à l’origine des missions chirurgicales dont elle assurera les soins à Benoye puis à Moundou pendant de très nombreuses années.

Extrait du texte du Père Michel Guimbaud aux religieuses de la communauté de Marie-Ange :

« …Notre peine est grande pour vous et nous, et tant de tchadiens et tchadiennes vont pleurer son départ, tant d’enfants handicapés qui ont bénéficié de ses attentions délicates, de son affection, et qui sont maintenant adultes. Notre sœur Marie-Ange fut le cœur de notre service aux enfants handicapés, toujours disponible et attentive, dans la discrétion et l’efficacité.  J’ai toujours pensé et je le pense toujours, que notre service n’aurait pas vu le jour et ne se serait pas développé sans sa présence et notre collaboration quotidienne de 1978 à 1993.

En ce jour de peine, je veux dire à vous toutes, ma reconnaissance à notre sœur Marie-Ange pour la belle aventure qui continue à se développer. La graine mise en terre à Benoye est devenue non seulement un grand arbre, mais un verger produisant de beaux fruits dans plusieurs régions  du Tchad.

J’ai vécu avec sœur Marie-Ange des années de labeurs mêlés de joies et de peines pour les enfants. Notre sœur Marie-Ange restera la mère de tous ces petits et notre protectrice et conseillère …»