73ème mission chirurgicale: février 2016

Pendant les dix premiers jours de février, les neuf membres de la mission chirurgicale de Handicap Santé ont opéré près de 60 patients dont 35 enfants de moins de douze ans. Ces patients atteints de séquelles de polio, pieds bots uni ou bi-latéraux, complications de fractures mal réduites, fentes labiales ont bénéficié de soins qu’aucune équipe locale ne dispense, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas de chirurgien orthopédiste ni de chirurgien plasticien à Moundou, 2ème ville de Tchad où vivent plus de 300 000 habitants. Les patients sont accueillis au centre des handicapés, Maison notre Dame de Paix pour suivre des soins de kinésithérapie, de réadaptation et de réinsertion qui peuvent durer plusieurs mois.

Xavier Sauvagnac, anesthésiste et coordinateur de la mission nous fait part de son témoignage.

Le déroulement de la mission s’est effectué dans le calme et avec beaucoup d’efficacité. Beaucoup d’amitié, de joie d’entrain, et d’échanges. Ce compte rendu essayera d’en aborder les points essentiels.

Sécurité

A notre arrivée au Tchad, nous avons été heureusement surpris de l’atmosphère régnant dans le nouvel aéroport de N’Djaména, avec des facilités dans les formalités de passage de douane indéniables en comparaison avec le passé. Nous avons logés à l’Hôtel Ibis bien sécurisé, compte tenu de la situation du pays où le risque lié au terrorisme reste omniprésent. Timothée a récupéré nos19 bagages de 22 kg très précisément et en a assuré le transport jusqu’à Moudou. Hassane s’est chargé de notre transfert à l’hôtel en taxi. Le lendemain, il nous a conduit à l’aéroport pour prendre, l’avion du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies.

L’équipe chirurgicale

La mission est composée par 3 chirurgiens (en orthopédie, Christophe Glorion et Alexandra Brassac, Patrick Knipper en plastique), 2 anesthésistes (Nicoletta Fioretti et Xavier Sauvagnac), 2 infirmières de bloc opératoire panseuses (Rachel Grollemund et Florence Loheac), 1 infirmier anesthésiste (Clément Almeiras), et 1 Infirmier de soins (Julien Baisez). Au total, en dehors des Dr. Knipper et Sauvagnac, il s’agit d’une véritable « Hôpital Necker team ». L’ambiance est bonne.

Bertrand Charrier, président de Handicap Santé nous a accompagnés jusqu’au mercredi et a prolongé sa mission à N’Djaména pour rencontrer les autorités sanitaires tchadiennes et des partenaires et bailleurs potentiels. Lire le compte rendu de la mission .pdf

Hôpital régional de Moundou : Rénovation

Les opérations chirurgicales de Handicap Santé sont réalisées à l’hôpital de Moundou.
Cet hôpital qui date des années 60, a malheureusement connu peu de rénovations et la maintenance y est toujours difficile.

Une nouvelle maternité devrait voir le jour au début de l’année 2013 contribuant ainsi à une meilleure mise en œuvre de la politique de santé maternelle.
Les équipes de Handicap Santé se sont impliquées dans le projet de rénovation du bloc opératoire de l’hôpital.

Des plans ont été réalisés par notre partenaire tchadien BASE en collaboration étroite entre les équipes chirurgicales de Handicap Santé, les responsables de l’hôpital et les instances sanitaires de la région.
Les plans et l’estimation des coûts ont été présentés au ministre tchadien de la santé.
A suivre …

Nous étions quelques uns au début. Et maintenant ?

Mai 2012- C’est une soixantaine de « soignants », médecins, chirurgiens, infirmières, kinésithérapeutes, éducateurs,  qui sont venus renforcer la liste des participants aux missions chirurgicales, 2 puis 3 par an, et 4 qui sont prévues pour cette année 2012.

D’autres généreux bénévoles d’horizons professionnels variés, communication, finance, environnement et haute technologie, professionnels ayant travaillé parfois dans des contextes internationaux, apportent aussi à notre association leur précieuses compétences.

Le Père Michel nous fait confiance pour continuer. Et, après 23 années de participation aux missions chirurgicales,  je commence ma nouvelle fonction de Présidente avec une véritable équipe qu’il faut maintenant coordonner, -je ne dirais pas animer car chacun d’entre nous y apporte sa forte conviction !-.

Où en sommes-nous aujourd’hui de nos combats pour les Handicapés ?

Alors que l’OMS, Organisation mondiale de la santé des Nations unies, promettait la disparition de la polio il y a plus de 10 ans, on peut lire dans son bulletin de février 2012 que :

« Les cas de poliomyélite ont diminué de plus de 99% depuis 1988. En 2012, il ne restait plus au monde que trois pays d’endémie, alors qu’ils étaient plus de 125 en 1988. Les pays d’endémie restants sont l’Afghanistan, le Nigéria et le Pakistan ».

Mais il existe des poches persistantes de transmission de la poliomyélite et l’OMS précise : « Trois pays, l’Angola, la République démocratique du Congo et le Tchad, sont classés comme ayant une «transmission rétablie», car on y a observé une transmission continuelle depuis plus de 12 mois. Ces pays sont considérés avec le même niveau de priorité que les pays d’endémie. »

« Tant qu’il restera un seul enfant infecté par la poliomyélite, les enfants de tous les pays risqueront de contracter la maladie. »
Depuis toutes ces années, le nombre d’handicapés par la poliomyélite que nous opérons, diminue, mais il y en a toujours et Handicap Santé continue de réparer les dégâts causés par la maladie. Les campagnes de vaccination sont bien sûr essentielles pour éradiquer la maladie  et pendant notre mission de février, le centre MNDP a accueilli l’actrice Mia Farrow, Ambassadrice de l’UNICEF, qui lançait la campagne de vaccination au Tchad.

 Au fil des missions, d’autres défis se sont présentés aux équipes chirurgicales ces dernières années. Les accidentés de la route avec leurs fractures, les infections, sont de plus en plus nombreux, dans un pays où les soins primaires sont encore tellement incertains. Le Tchad ne connaît pas la prévention routière et trop peu les casques de moto. Les lourdes séquelles de brûlures sont fréquentes.

La rumeur que des chirurgiens plasticiens participaient à nos missions, nous a fait découvrir des pathologies inconnues de nous: Noma, ulcère de Buruli …la misère et la maladie prennent des noms nouveaux et nous nous efforçons de soulager par tous nos moyens ces malades qui viennent vers nous avec tant d’espoirs.

Alors ?

Notre combat contre le handicap se poursuit, et une nouvelle équipe va partir en octobre rejoindre la dynamique équipe de la Maison Notre Dame de Paix.

Dr Chantal Lory-Charrier

Présidente

 

60ème mission de Handicap Santé

Il y a 33 ans, la Maison Notre-Dame de la Paix a commencé à répondre aux attentes de tant dʼenfants touchés par les séquelles de la polio, puis de tant dʼautres pour dʼautres causes de handicaps. Elle a dû aussi répondre aux espoirs de renouveau de bon nombre dʼadultes.

Depuis 27 ans, Handicap Santé est venu prendre la gestion de ce service chirurgical exigeant mais réalisant des transformations étonnantes et apportant aux intervenants la possibilité de partager leur amitié et leur confiance avec notre personnel spécialisé tchadien et avec les personnes bénéficiaires de leurs compétences.

En Février avait lieu la 60ème mission chirurgicale, orthopédique et plastique. Ceci nous montre combien la durée, la persévérance dans le temps, sont indispensables pour assurer un service sérieux dans un progrès constant, apte à répondre à lʼévolution des causes dhandicaps, des modes de vie, pour assurer un développement réel malgré tant dʼobstacles.

La persévérance dans lʼamitié et dans la foi en lʼautre, sachant recevoir et donner réciproquement sont, pour moi, la clé de la réussite de ce service unique au Tchad et celle dʼun avenir assuré et désiré.

Depuis plusieurs mois, jʼai laissé la charge de la direction de la Maison Notre-Dame de la Paix, non par lassitude, loin de là, mais par nécessité dʼassurer lʼavenir avec des forces plus neuves.

Dans la même perspective de durée, nous avons mis lʼaccent sur la formation de techniciens et paramédicaux tchadiens aptes à assurer les services propres à la réhabilitation fonctionnelle et aux soins post-opératoires.

En décembre 2011, lʼAssemblée générale de Handicap Santé a élu un nouveau Conseil dʼadministration de 14 membres. Répondant à mon souhait de quitter ma fonction opérationnelle en qualité de Président, le nouveau Conseil dʼadministration a donc élu un nouveau Président.

Handicap Santé est maintenant dirigée par le Dr Chantal Lory-Charrier dans la collaboration étroite des membres expérimentés du Bureau et de ceux et celles du Conseil dʼadministration, médicaux et non médicaux, tous motivés par lʼimmense besoin de soins et dʼinterventions.

Chantal nʼest pas une nouvelle arrivante, loin de là, médecin anesthésiste, elle intervient auprès des handicapés du Tchad depuis 1989. Elle a effectué de nombreuses missions, plus de 15, cʼest-à-dire quʼelle connait bien les besoins des handicapés et lʼhistoire de MNDP. Chantal et Bertrand Charrier ont également assuré le Secrétariat d’Handicap Santé pendant de nombreuses années.

Je lui souhaite bonne chance dans ces nouvelles responsabilités, elle sait que je serai toujours à ses côtés en cas de difficultés.

Ce sont donc des équipes structurées et complémentaires, en collaboration étroite avec les intervenants espagnols de Action Humanitaire de Solidarité, qui se voient ainsi fortifiées afin de poursuivre encore longtemps la belle aventure entreprise avec succès depuis plusieurs décennies grâce au soutien humain, professionnel et financier de vous tous qui en avez déjà mesuré les résultats bienfaisants.

Merci d’accueillir ces changements comme une œuvre porteuse de vie assumée et de paix partagée.

Frère Michel Guimbaud

 

 

Maison Notre-Dame de Paix – Moundou, Tchad

Le Père Michel Guimbaud, arrivé au Tchad en 1957, s’est ému du sort des handicapés physiques, particulièrement des personnes amputées et des enfants touchés par les séquelles de poliomyélite.
 

Agissant initialement avec les moyens locaux, le Père Michel Guimbaud a pu par la suite développer son activité, avec l’appui de médecins et de chirurgiens.

Actuellement, Maison Notre Dame de Paix, Centre de rééducation fonctionnelle, d’appareillage et de réinsertion, est une association tchadienne qui emploie 25 personnes, infirmières, kinésithérapeutes, appareilleurs, formateurs, tous tchadiens.
Son établissement principal est situé à Moundou au sud du Tchad, avec deux antennes dans la même région, à Doba et Kelo. Outre les locaux d’accueil et de soins, le centre de Moundou dispose d’un atelier de fabrication d’appareillages et de voiturettes.
L’activité est continue — environ 800 patients par an — avec un pic lors des missions chirurgicales pendant lesquelles le centre de Moundou accueille environ 150 personnes : les patients et leurs familles ainsi que les médecins et infirmiers de Handicap Santé. Le budget annuel de fonctionnement de Maison Notre-Dame de Paix est de l’ordre de 100 000 euros. Son financement est privé, en provenance essentiellement de fondations européennes spécialisées dans l’aide aux handicapés, au premier rang desquelles la Fondation Raoul Follereau (France), la Fondation Liliane (Pays-Bas), la Christofell Blindenmission (Allemagne).
Les patients participent en fonction de leurs moyens.

Association Poitiers-Moundou

Nouvelle Lettre d’information Novembre 2012… L’association Poitiers-Moundou anime depuis plus de 20 ans le jumelage- coopération entre Poitiers et Moundou au Tchad. Elle se charge d’envoyer de nombreux livres et divers matériels à des établissement scolaires, des centres de santé et de rééducation, à l’hôpital. Plusieurs milliers de livres scolaires et médicaux ont déjà été envoyés à plus de 30 établissements. Une dizaine d’ordinateurs entièrement reconditionnés ont également été envoyés.

Depuis 2012, la coopération s’élargit à l’animation du partenariat entre l’hôpital de Poitiers et celui de Moundou en particulier dans le domaine de l’hygiène et de la santé maternelle.

 

L’association partenaire Poitiers-Moundou vient de publier sa nouvelle Lettre d’information décembre 2012. Découvrez-la. téléchargez.pdf

BASE -Tchad

Le BASE développe un partenariat actif avec les populations, leurs associations communautaires et le Programme de développement rural du Wadi Fira, ceci afin de faciliter l’articulation avec les équipes cadres de districts et le personnel des centres de santé. Lire la suite

Le Tchad et le système de santé

Le Tchad et son système de santé

Le Tchad est peuplé de 9 millions d’habitants sur plus de deux fois la superficie de la France. Le Tchad s’étend au sud du tropique du Cancer sur 1 700 kilomètres, des massifs sahariens du Nord aux paysages de savane du Sud, entrecoupés par le fleuve Chari et son affluent le Logone qui se rejoignent à N’Djamena pour se jeter dans le lac Tchad.
Le Tchad est l’un des pays le plus pauvre de la planète avec un revenu annuel par habitant de l’ordre de 800 dollars. Enclavé, sans accès à la mer, le Tchad manque d’infrastructure routière. L’économie est peu diversifiée, essentiellement agricole et grevée par le coût des transports. Lire la suite