La réhabilitation du bloc opératoire de l’hôpital de Moundou a démarré

 

Juillet 2013 – L’Hôpital de Moundou vit au rythme des chantiers, après la construction d’une nouvelle maternité, inaugurée en avril dernier et opérationnelle depuis juillet, la réhabilitation du bloc opératoire a démarré à la fin de juillet.

Au fil des années, les équipes chirurgicales d’Handicap Santé qui interviennent à Moundou ont vécu la dégradation progressive du bloc opératoire.

L’hôpital, construit dans les années 70 répondait aux règles de construction de l’époque mais par manque d’entretien systématique et régulier les dégradations sont apparues, que ce soit pour les bâtiments, le circuit électricité, et le réseau l’eau. Le bloc opératoire n’a pas échappé à cette lente dégradation et pour garantir des conditions d’hygiène et de travail suffisantes, il devenait urgent de s’atteler à la réhabilitation du bloc opératoire.

Les premières réflexions au sein d’Handicap Santé et des professionnels de Maison Notre Dame de Paix ont démarré en 2005. Des premiers plans ont été établis, des rencontres avec les autorités sanitaires de l’hôpital, de la région et au ministère de la santé se sont succédées au rythme des missions. Mais au-delà des idées et de la bonne volonté, il fallait trouver des moyens financiers pour la réhabilitation. Handicap Santé n’a pas pour vocation de financer des infrastructures publiques tchadiennes, tout au plus pouvions-nous être moteur et faciliter les prises de décisions.

Comme l’Etat Tchadien ne prenait pas la décision de financer cette reconstruction, une réflexion était menée au sein de Handicap Santé sur la possibilité de construire un bloc opératoire au centre des handicapés Maison notre Dame de Paix. Cette idée était abandonnée devant les très nombreuses difficultés rencontrées et identifiées.

En 2010, la France au travers de l’Agence Française de Développement décide de financer un vaste programme orienté sur la santé maternelle et infantile pour un montant de 10 M€ sur 3 ans. La construction de la maternité de l’hôpital faisait partie de ce programme.

Au cours de son déroulement, et sur nos recommandations, les autorités tchadiennes décidèrent d’y inclure la réhabilitation du bloc. En 2012, de nouveaux plans sont alors établis en concertation avec l’association tchadienne BASE – Bureau d’Appui Santé et Environnement – maitre d’ouvrage délégué d’une partie du programme, l’architecte conseil de l’AFD et les professionnels de santé de notre association. Le projet est chiffré, le budget adopté au printemps 2013 et la construction démarre en juillet. Pas de temps perdu.

Du matériel chirurgical, tables d’opération, scialytiques, brancards, boites d’autoclave donnés par les hôpitaux de Saint Quentin et de Blois sont partis début juillet par bateau en direction de Moundou via Yaounde et N’Djamena.

La reconstruction devrait prendre 3 mois si la saison des pluies ne vient pas perturber le chantier. La prochaine mission prévue fin novembre devrait donc se dérouler dans de nouveaux locaux.

Nous espérons que ces nouveaux locaux qui vont grandement améliorer les conditions de travail des opérateurs motiveront des chirurgiens tchadiens à s’installer car à quoi serviraient-ils s’il n’y a pas de praticiens permanents ?

Handicap Santé intervient 3 à 4 fois par an pendant des périodes de 15 jours et occupe 2 à 3 blocs. Entre 200 et 300 patients sont opérés par an, mais nous ne pouvons pas opérer tous ceux qui auraient besoin de l’être. Handicap santé peut accompagner des professionnels qui s’installeraient mais nous ne pouvons pas remplacer l’Etat tchadien qui doit remplir sa propre mission.