Mission n°83-

La mission n°83 s’est déroulée du 30 septembre au 9 octobre 2018. Cette mission de chirurgie plastique était conjointe avec une mission de gynécologues pour le traitement des fistules de l’association Action Santé Femme.

Membres de l’équipe chirurgicale :

Chirurgien :                                      Dominique VASSE

Anesthésiste :                                  Sonia CERCEAU

Infirmière de bloc opératoire :     Nathalie KERIBIN

Aide opératoire :                           Laurence BRESSON

Infirmière anesthésiste :                Elodie LAREYNIE

Infirmier DE :                                 Arthur SOTTY

Les internes tchadiens :                Dr SADIE 

                                                      Dr KOUMABAS

Le personnel du bloc

Infirmiers : Mbaïnodgi Daïro Ndoh  Abdel

Djimogimbaye Naringar Pascal

Srérilisation : Dillah Némain, Mahamat Moussa ,NGondingam Espoir

Ménage : Abagana Dadji

Buanderie : Mbaïringa Michel

                    Godembaye Barthélemy

Aide brancardier Bernard Bétom

Surveillance salle de réveil : Clarisse Néndiguimbaye

L’équipe de rééducation :

Simon LAOUBOUAa

Merci GUIDIMBAYE

Fulbert ALLALEM SARIA

Maurice BEKISSIMGOTO

Toujours aussi gentils et efficaces, pour la gestion de la consultation, les traductions, les plâtres pour les séquelles de brûlures qu’ils font au bloc et refont parfois au centre.

L’équipe au centre :

Le service de soins :

Désiré Djérambété

Jeanne Goïdje

Pascaline Madjimbaye, infirmière de nuit

Clarisse Néndiguimbaye qui était au bloc la journée

Préparation de la mission

La préparation de la mission a nécessité la résolution de plusieurs difficultés. La première a été de trouver une équipe complète et en particulier la recherche des anesthésistes, puisque fin juillet, nous n’étions pas sûr d’avoir une équipe d’anesthésie. Une fois ce problème réglé, le recrutement des patients a été compliqué, puisque à la mi-Août, nous n’avions que 12 patients prévus.  Finalement, début septembre, nous sommes parvenus à nous mettre d’accord, les kinésithérapeutes du centre proposaient 60 patients. Bertrand et Chantal sont venus à Toulouse pour finir la préparation.

Le Docteur Patrick Knipper, chirurgien plasticien avait prévu de participer quelques jours à la mission.  Finalement, les conditions de rencontres n’étant pas réunies, il a annulé sa participation à la mission. L’équipe est donc parti pour une mission réduite à un chirurgien et un anesthésiste.

Dominique et Laurence se sont occupées de la préparation du matériel chirurgical, avec beaucoup de dons des laboratoires et beaucoup de matériel. Arthur a complété ce qui manquait. Sonia venait pour la première fois : Chantal s’est occupé des commandes de matériel anesthésique et Sonia et Elodie ont complété.

Les démarches administratives (billets d’avion, visas, passeport, ordre de mission, etc..) ont été assumées avec compétence par Bertrand.

VOYAGE

A N’Djaména, les douaniers ont fait ouvrir une malle de médicaments. Les malles sont plus facilement ouvertes que les sacs qui passent plus inaperçus.

Le vol de la PAM est parfait, pas fatigant, tôt le matin cette fois- ci. Il parait qu’une nouvelle compagnie aérienne va ouvrir des vols N’Djaména – Moundou très prochainement. Cela devrait être plus pratique et, semble-t-il, moins cher.

Antoine est venu récupérer l’équipe à l’aéroport avec un photographe qui, à la demande d’Antoine, a fait un reportage photo de toute la mission et qui a donné à l’équipe ses photos à la fin de la mission.

 ARRIVEE A MOUNDOU

C’est toujours une grande émotion pour l’équipe d’Handicap Santé d’arriver au centre où les bénévoles ont été accueillis avec beaucoup de chaleur et d’effervescence. Les bagages étaient déjà là et les bénévoles ont commencé les rangements de la réserve.

Nathalie KERIBIN avait accepté de venir seule 3 jours plus tôt pour commencer à préparer le bloc. Elle a été accompagnée pour prendre le bus par les deux internes Tchadiens. Cette aide dans la préparation du bloc avant notre arrivée, a été un gain de temps considérable pour commencer à opérer assez tôt le mardi matin. Elle avait déjà amené le gros du matériel, vu Dillah, stérilisé un certain nombre de boîtes.

Nous étions 10 pour 9 chambres, Georges et Jean-Pierre ont gentiment accepté de dormir à Koutou. Mais ce n’est pas optimal pour l’unité de l’équipe.

LA CONSULTATION

La consultation a pu commencer tôt en début d’après-midi, ce qui est très confortable, car l’équipe n’était pas pressée par le temps et a fini tôt. Un grand nombre de patients n’étaient pas arrivés, ou, étaient arrivés, mais n’étaient pas là pour la consultation. Les bénévoles ont continué à recruter un peu tous les matins jusqu’au vendredi.

Une quarantaine d’enfants ont été vus en consultation commune, en totalité.  Les consultations ont été réalisées avec toute l’équipe d’anesthésie (Sonia et Elodie ), le chirurgien (Dominique) et l’infirmier (Arthur) et les deux internes , ce qui a permis une visualisation conjointe des malades en pré opératoire, une discussion directe de la prise en charge anesthésique et chirurgicale, une préparation du matériel plus adéquat et une  prise de note plus rapide des dossiers des différents patients. Le planning opératoire a été discuté à l’issue de la consultation de manière à alterner jeunes patients et patients plus âgés. L’équipe a posé une indication opératoire pour 32 patients.

Pendant ce temps, Laurence et Nathalie ont commencé à déballer le matériel chirurgical.

LE BLOC OPERATOIRE

Le matériel a été préparé le soir de l’arrivée au centre après les consultations par les 2 équipes et conditionné dans les sacs pour être acheminé au bloc le lendemain matin.

Sur l’équipe de plastie, le matériel d’anesthésie a été conçu pour équiper 2 salles d’intervention et a été préparé.

Une salle a été équipée pour effectuer des anesthésies générales (oxygène, respirateur, aspiration) et le stockage du matériel sur les étagères. Dans la seconde salle, la réalisation d’intervention sous ALR et sédation a été préférée.

A l’arrivée de l’équipe une seule bouteille d’oxygène était utilisable (uniquement 20 bars). La deuxième étant vide les bénévoles ont fait une demande de réapprovisionnement.

L’hôpital était en grève, mais cela ne nous a pas affecté.

L’équipe travaillé avec un seul chirurgien sur deux salles opératoires. L’équipe des gynécologues travaillait sur la troisième salle. L’équipe du bloc a été cette année particulièrement performante, puisqu’elle a opéré 32 patients en 5 jours opératoires.

La préparation des patients avec la douche préopératoire par Bernard est vraiment efficace, de bonne qualité et les patients toujours prêts et propres. Seule la surveillance des ongles a dû être renforcée, surtout pour la chirurgie de la main.

Le bloc opératoire, grâce à Nathalie et Laurence qui veillent au grain, était très propre cette année. L’équipe a eu beaucoup de coupures de courant, de courte durée mais fréquentes. Le matin, le courant de la ville n’arrive souvent que vers 8H15 et il est difficile de commencer plus tôt.

Le chef du bloc Mahamat a été efficace et à l’écoute. La climatisation est tombée en panne le 1er jour, mais a été réparée le deuxième jour. L’équipe a eu un souci avec l’oxygène. Sonia a commandé une bouteille d’oxygène qui a été livrée, mais quand les bénévoles en ont eu besoin, elle s’est avérée vide. Il faudra penser à toujours vérifier. Les deux internes nous ont beaucoup aidé.

Arthur, infirmier responsable du centre est aussi venu aider au bloc et à la salle de réveil avec Clarisse Néndiguimbaye, qui a été très efficace dans la prise en charge des patients.

LES INTERVENTIONS CHIRUGICALES

L’équipe d’Handicap Santé a opéré 32 patients.

L’âge des opérés varie de 2 à 45 ans, avec 17 enfants de moins de 5 ans, et 24 de moins de 10 ans.

FONCTIONNEMENT AU CENTRE

Le fonctionnement en hôpital de jour convient parfaitement à l’équipe, pour la chirurgie plastique. Les gynécologues réfléchissent à une possibilité d’hospitaliser leurs patientes.

Arthur s’est beaucoup investi dans l’organisation et le fonctionnement de l’infirmerie. Les bénévoles ont rempli les dossiers bleus et mis des tableaux pour l’organisation des pansements et des patients à opérer.

La présence de Jeanne, discrète mais toujours efficace et bienveillante, autant avec l’équipe HS, qu’avec les patients et leur famille, a permis à l’équipe de travailler dans la sérénité. Arthur connaissant tous les patients, la visite était grandement simplifiée, même si elle se faisait la nuit à la frontale. Les coussins pour surrélever les membres sont un grand progrès. Arthur a fait personnellement tous les pansements, avec Désiré et les internes. Le rangement de l’infirmerie, en particulier l’étiquetage des produits qui ne correspond pas toujours au produit à l’intérieur du flacon nécessite une surveillance.

LA FORMATION

Nous avons eu la chance d’avoir deux internes enthousiastes, motivés, compétents et toujours prêts à nous aider. La présence des deux internes au bloc opératoire leur a permis de bien visualiser tous les gestes chirurgicaux de base de la chirurgie plastique : greffes de peau mince, greffes de peau totale, plasties en Z, plastie en IC.  Dominique leur ai montré les shémas des interventions sur power point en fonction du programme opératoire. Ils ont aidé pour beaucoup de réparations de fentes nasolabiales, ce qui leur a permis de maîtriser les shémas des incisions. Ils ont assisté aux consultations, visites et ont largement contribué aux pansements postopératoires après mon départ, avec Arthur.

Mélanie MARIONNEAU, volontaire au centre, venait juste d’arriver pour passer un an à Moundou. Elle est dynamique et enthousiaste. Elle a installé FileMaker sur son ordinateur et maîtrisait bien le logiciel. Elle a bien aidé Dominique à rentrer les dossiers des patients et les protocoles opératoires. Mélanie travaillait avec Antoine au centre et elle est venue aider l’équipe au bloc. Au bloc, L’équipe a rempli les dossiers bleus. Le rôle exact du volontaire lors des missions pourrait être mieux défini.

LE MATERIEL

Il n’y a pas eu de problème de matériel, les bénévoles avaient amené tout ce dont ils avaient besoin. Antoine a commandé tous les solutés dont les bénévoles avaient besoin.

La gestion des consommables avec les gynécologues doit être définie en amont. Il faudrait établir des règles plus précises sur le matériel que l’équipe d’ASF doit apporter et sur ce que HS doit fournir. Il faut aussi toujours penser à laisser aux infirmiers du centre le matériel nécessaire pour le post-opératoire qui peut durer quinze jours ou plus pour certains d’entre eux.

LES TEMPS LIBRES

Vendredi matin

 L’équipe a appris le décès de Patrice BOUYGUES, un bénévole d’Handicap Santé, le 1er octobre, pendant la mission. Le Père Michel, a célébré une messe pour lui le vendredi, en communion avec tous ceux qui priaient pour lui à Paris ce jour- là.

Laurence est allée voir sœur Gloria, naturopathe, qui prépare des médications à partir des plantes qu’elle fait cultiver.

Dimanche

Sonia et Dominique sont allées à la messe à la prison, célébrée par Frère Olivier, au cours de laquelle un détenu a reçu le sacrement du baptême.

L’équipe a fait un tour au marché sous le regard protecteur de Timothée, puis les bénévoles sont allés voir sœur Elisabeth à Bébédja. L’équipe est toujours impressionnée par la force de sœur Elisabeth dans l’adversité. Ils ont visité le secteur des enfants dénutris et tous les membres de l’équipe ont été touchés par ce travail accompli. Sœur Elisabeth souhaiterait une plus grande collaboration lors des missions Handicap Santé.

RETOUR

L’équipe a laissé Arthur et Nathalie pour s’occuper des pansements et faire l’inventaire. L’équipe de gynécologie est restée avec eux jusqu’au jeudi.

Les patients allaient bien.

Les 24h à N’Djaména, à l’hôtel ont permis à l’équipe de se reposer. Les bénévoles sont allés au musée voire le crâne de Toumaï. Une visite guidée très intéressante par deux femmes une venue du Nord du Tchad et une venue du Sud, a permis un partage de l’histoire du Tchad et un peu de leur vie.

CONCLUSION
            Pour conclure, la mission s’est globalement très bien passée, grâce à une équipe motivée et qui communiquait facilement. L’état plus que satisfaisant de la quasi-totalité des patients et le sentiment général de l’équipe en sont un bon indicateur.

MISSION CHIRURGICALE N°81- FEVRIER 2018

La mission chirurgicale qui s’est déroulée du 4 février au 15 février 2018, comprenait un programme de chirurgie orthopédique et de chirurgie plastique. L’activité de chirurgie plastique a été gérée par le Dr Patrick Knipper. L’objectif sur cette mission était double : faire des interventions de chirurgie plastique et poursuivre la formation des chirurgiens tchadiens dans le cadre d’une formation en chirurgie plastique essentielle.

La présence d’un seul chirurgien plasticien était volontaire pour pouvoir faire travailler (et former) les internes tchadiens au bloc opératoire.

EQUIPE DE LA MISSION CHIRURGICALE :

Chirurgiens :  

  • Christophe GLORION
  • Patrick KNIPPER
  • Alexandra BRASSAC

Anesthésistes :          

  • Xavier SAUVAGNAC
  • Chantal LORY-CHARRIER

Infirmières de Bloc Opératoire:

  • Florence LOHEAC
  • Eleonor d’ESPINAY SAINT LUC

Infirmière Anesthésiste : Sylvia RAMOS
Infirmier DE :  Julien BAISEZ

EQUIPE DU CENTRE MNDP :

L’équipe tchadienne de la MNDP est composée de 4 kinésithérapeutes, Marie Madeleine Neleyo, Simon Laouboua, Merci Guidimbayeet Fulbert Allalem Saria et d’un aide-kiné Maurice Bekissimgoto,  et d’infirmier(e)s permanents Désiré Djerambete, Sœur Mathild Ouillye et en soutien pendant la mission Céline Dakingadje, Jeanne Goïdje, Marie-Yvonne Dianda, Clarisse Nendieuimbaye.

EQUIPE DE L’HOPITAL DE MOUNDOU :

– Directeur : Mr Dobel NEMONGUEL

– Major du bloc : Mahamat MOUSSA

– Infirmiers : Mbainodji Daïro NDOH, David DEDOUMDE

– Ménage : Jérome MBAITALO

– Stérilisation : Dillah NEMIA, Espoir NIBONDINGAM

– Buanderie : Michel MBAIRINGA, Laoudane MBAIOUABEDI

DEROULEMENT DE LA MISSION DE FEVRIER

PREPARATION DE LA MISSION

Le matériel d’anesthésie a été commandé dans différents lieux car les produits ne sont pas référencés auprès du fournisseur avec lequel travaille Handicap Santé.

Les démarches administratives et de lien entre les bénévoles partants en mission a été assumé par Bertrand Charrier.

ARRIVEE AU TCHAD

Il était prévu de passer la nuit au CAC (centre d’accueil catholique). Mais le pays est paralysé par la grève des fonctionnaires. L’imprévisible tournure que pouvaient prendre les manifestations de rue annoncées pour le lendemain et les fortes incitations des contacts sur place, ont fait changer pour l’hôtel Ibis, pour une question de sécurité collective.

ARRIVEE AU CENTRE MNDP

22 sacs de 23kgs de matériels et de médicaments ont été apportés par l’équipe d’Handicap Santé au centre MNDP.

Rationalisation du matériel dans la réserve, l’équipe de chirurgie, gère avec efficacité les rangements des 400kgs de matériel apporté.
L’équipe d’anesthésistes organise les rangements.

Les consultations se tiennent jusque tard dans la soirée, bien organisées, plastie d’un côté et orthopédie de l’autre. Les coordonnées des patients sont enregistrées sur FileMaker, en direct par le volontaire présent depuis septembre 2017, Gabriel.

Une indication opératoire est portée pour 58 patients :

  • 18 patients en chirurgie plastique
  • 40 patients en orthopédie dont 20 patients de moins de 15 ans.

OPERATIONS CHIRUGICALES

L’hôpital de Moundou était en grève, seules les urgences fonctionnaient. La Direction a réussi à mobiliser le personnel de l’hôpital pour que la mission se déroule dans les conditions habituelles. Les quelques coupures d’électricité n’ont pas perturbé les opérations. Les opérations chirurgicales se sont réparties sur deux salles d’opérations.

Les internes ont suivi une formation théorique et pratique tout au long de la mission dirigée par P. Knipper et renforcée par C. Glorion.

Le chirurgien Patrick Knipper.

Le dernier jour, tous les opérés sont revus afin de vérifier l’état des pansements et des plâtres, de réajuster les prescriptions des antibiotiques et des antalgiques, de faire un planning de surveillance de soins post-opératoires pour l’équipe soignante tchadienne et les kinésithérapeutes.

VOYAGE A DOBA

La journée du dimanche est libre. Voyage à Doba pour visiter le centre des handicapés dirigé par Sœur Herminia.

Toute l’équipe de Handicap Santé et Maison Notre Dame de Paix.

Sous le regard bienveillant de Timothé et Moïse

BILAN DE LA MISSION

Les points positifs :

L’enseignement des internes s’est bien passé avec une bonne participation aux interventions. Ils ont même opéré avec l’aide du chirurgien sénior. Ce séjour a renforcé les données théoriques dispensées lors du précédent séjour.

Les cas opérés ont présenté des suites favorables et les patients sont contents…

Bonne ambiance de la mission et très bonne équipe notamment les infirmières de bloc et d’anesthésie.

Le personnel hospitalier a été très agréable et nous nous sommes bien entendus. L’équipe kine a présenté, comme d’habitude, une grande disponibilité.

Les points négatifs :

Faible nombre de consultations et de patients relevant de la chirurgie plastique en général (20 patients vus et 12 indications opératoires).

Problème persistant de l’hygiène.

Mission n°79-octobre 2017

Cette mission chirurgicale dans la région du Logone Occidental au Tchad est la 79ème mission d’Handicap Santé. Elle s’est déroulée du 1er au 09 octobre 2017 à l’Hôpital Régional de Moundou et au Centre de réadaptation Notre Dame-de-la-Paix.  Cette mission a duré 8 jours, ce qui était très court. Pendant cette mission, le personnel médical est néanmoins intervenu sur 32 opérations chirurgicales plastiques.  

L’équipe médicale de cette mission était composée :

  • du Dr Véronique COCARD (médecin anesthésiste); 
  • du Dr Xavier SAUVAGNAC(médecin anesthésiste);
  • de Me Catherine PINEAU (infirmière anesthésiste);
  • du Dr Patrick KNIPPER (chirurgien plasticien);
  • du Dr Dominique VASSE (chirurgien plasticien); 
  • du Dr Thérèse AWADA (chirurgien plasticien);
  • du Dr Nelly VIDALI (assistante spécialiste en chirurgie plastique); 
  • du Dr Georges EGLIN (gynécologue-obstétricien); 
  • du Dr Xavier ARNOULD (gynécologue-obstétricien); 
  • de Mme Montserrat RAFOLS PASCUAL (infirmière); 
  • de Mme Laurence PIZZUTTO (infirmière de bloc opératoire); 
  • et de Mme Patricia DECROP (infirmière de bloc opératoire).  

Les coordinatrices de cette mission ont été Catherine PINEAU et Aude MAILLET.

Les responsables du matériel ont été Laurence PIZZUTTO et Catherine TOUCHARD dont nous remercions le travail logistique qui a été fourni.

Il faut également mentionner M. Gabriel BOURBON (Volontaire International) qui a accompagné l’ensemble du personnel médical au Tchad.

Cette année, est venue se rajouter pour la première fois un partenariat avec l’Association Action Santé Femmes qui vient apporter son expertise pour la prise en charge des fistules vaginales. Forte de son solide réseau local, l’association Handicap Santé a pris en charge l’aspect logistique. L’ONG Interplast France a coordonné la prise en charge chirurgicale en chirurgie plastique ainsi que la formation des internes tchadiens. L’ONG ASF a pris en charge le déploiement de la chirurgie des fistules vaginales. 

 

La mise en place d’une mission fistule est une urgence sanitaire indiscutable. La demande est forte, probablement sous-estimée. Associer une mission fistule et une mission plastique apparait comme un projet cohérent et passionnant.

 

Sous, l’égide de Faculté de Médecine de N’Djamena (notamment du Pr. Choua), cinq internes tchadiens ont pu assister à la mission et bénéficier d’une formation théorique et pratique en chirurgie plastique. La mission a été l’occasion d’introduire un enseignement de haute qualité en chirurgie plastique grâce au Dr Patrick Knipper qui a mis en place et développé des cours à la fois théoriques et pratiques au bloc opératoire. 

 

 

 

Chirurgie plastique et reconstructrice

Les premières missions chirurgicales pour le centre des personnes handicapées étaient naturellement réalisées par des chirurgiens orthopédistes : c’étaient les opérateurs les plus compétents pour réparer l’appareil locomoteur des personnes handicapées par la poliomyélite ou les malformations congénitales.

Mais une partie des patients présentaient des séquelles de brûlures particulièrement handicapantes : en effet, en saison froide, par manque d’autres moyens, il est nécessaire d’améliorer la température en mettant un brasero au milieu de la case souvent exigüe. La nuit les tout-petits dorment serrés contre leur mère  et dans le sommeil il arrive parfois que les bébés roulent proche du brasero et se brûlent les extrémités. Comme il n’existe aucune prévention des rétractions cicatricielles, nous sommes amenés à voir quelques années plus tard des enfants avec des déformations majeures des membres très gênantes sur le plan fonctionnel.

Le traitement de ces cicatrices de brûlures est particulièrement difficile et nécessite des techniques complexes de greffe cutanée et de lambeau musculo-cutané particulièrement bien maîtrisées par les chirurgiens plasticiens.

C’est ce qui nous a conduit à demander à des chirurgiens plasticiens de se joindre à nos missions.

Il se trouve que ces chirurgiens traitent des malformations congénitales comme les fentes labiales communément appelées « bec de lièvre ».

Le « bec de lièvre » est une malformation bénigne dans nos pays, où les enfants sont opérés avant l’âge de 2 mois, ce qui fait que l’on n’en voit plus… Au Tchad, personne ou presque ne les opère, et ces enfants se retrouvent à l’âge adulte avec des visages altérés. Ce handicap n’exclue en rien la personne de l’entourage, puisque bon nombre qu’ils soient femme ou homme sont mariés et ont des enfants. 

Les opérer présente un  intérêt esthétique fort appréciable et une reconnaissance exprimée spontanément par les bénéficiaires er leurs familles.

Dr Patrice Bouygues